banderole_blog_cse

Chronique de Nuremberg – 2ème âge

Le Maître du Paradis, Porche de l’église, appelé « le Paradis », 1210, Maulbronn (Bade Wurtemberg, Allemagne).

Tous arrivés avant 8h, nous pûmes partir en avance pour notre premier trajet, direction le monastère de Maulbronn. Bien culturel d’importance pour l’héritage commun de l’humanité, il fut fondé en 1147 par les cisterciens de l’abbaye de Neubourg (Alsace) ; ce monastère est l’ensemble monastique médiéval le plus complet et le mieux préservé au nord des Alpes.

Une moniale, un moine est une personne ayant consacré sa vie à Dieu au sein d’une communauté religieuse. Pour vivre ce don, elle s’engage à vivre conformément à une règle et fait vœux de pauvreté, chasteté et obéissance. Sa vie sera faite de prière et de travail ; « Ora et labora » disait Saint Benoît (480-543 ap. J.-C.), fondateur de l’ordre bénédictin.

L’Ordo cisterciensis est une branche réformée des bénédictins. Il fut fondé avec l’abbaye de Cîteaux par Saint Robert de Molesme (v.1029-1111 ap. J.-C.) en 1098. Sous l’impulsion de Saint Bernard de Clairvaux (1090-1153), l’Ordre cistercien s’est rapidement développé en Europe, rassemblant quelques 750 abbayes de moines et 1000 monastères de moniales !

Atelier « reliure » au monastère.

Les « moines blancs » joue un rôle de premier plan dans l’histoire religieuse à partir du XIIème siècle. Ils christianisent et civilisent infatigablement. Ce sont des constructeurs exemplaires qui participent à l’aménagement de l’espace rural, maîtrisent les techniques hydrauliques et agricoles les plus évoluées. Les cisterciens exercent une influence de premier plan dans les domaines intellectuel, économique, artistique et spirituel durant de nombreux siècles.

L’art cistercien

Ce style est en accord avec leur spiritualité : il doit être une aide pour le cheminement intérieur des moines. En 1134, Saint Bernard de Clairvaux recommande la simplicité dans toutes les expressions de l’art : les lieux saints ne doivent recevoir aucun décor sculpté ou orné, la couleur doit être réservée aux enluminures.

Au XIIème siècle, le roman a atteint sa maturité, mais, à partir de la seconde moitié du siècle, les cisterciens vont commencer la transition vers le gothique. Les maîtres d’œuvre cisterciens doivent concilier les exigences de construction en pierre pour limiter les risques d’incendie, de constructions élevées et lumineuses (en accord avec leur spiritualité), sans augmenter démesurément le coût des chantiers. La croisée d’ogives permet de répondre à ce triple défi : moins consommatrice en pierre que la voûte romane, elle en augmente la hauteur.

Entourés d’un mur d’enceinte, les principaux bâtiments de l’abbaye de Maulbronn furent construits du XIIème siècle au XVIème siècle. Le monastère, en grande partie construit à la charnière des styles roman et gothique, a eu une influence déterminante sur la diffusion de l’architecture gothique dans le centre et le nord de l’Europe. En outre, le monastère a conservé un remarquable système de gestion hydraulique par canaux et réservoirs.

Quelques éléments historiques


En 1440, 130 frères vivent à Maulbronn !

En 1535, le duc Ulrich de Wurtemberg (né à Riquewihr) introduit la Réforme protestante et exige sous la contrainte une modification du mode de vie du monastère. Le couvent fuit et émigre à Pairis, un prieuré d’Alsace. En 1550 après la défaite des princes protestants, les moines regagnent Maulbronn.

En 1556, le duc Christoph de Wurtemberg ordonne la transformation du monastère en école. L’alchimiste Faust vécut deux ans dans la tour qui se dresse au fond du jardin. L’astronome Johannes KEPLER (1571-1630), le poète Friedrich HÖLDERLIN (1770-1845) et l’écrivain Hermann HESSE (1877-1962) étudièrent à Maulbronn !

Reprise de notre périple

Après avoir déjeuner et pris un temps de détente, nous avons repris notre bus avec un autre conducteur et avons filé droit vers Nuremberg. Trois heures plus tard, nous entrions dans cette métropole contemporaine avant d’être posé à l’extérieur des remparts. Bagages en main, nous rejoignons notre « château » 400m plus loin pour y poser nos affaires et dîner. La soirée est consacrée à du temps partagé, des jeux…

Subdivisions de La Chronique de Nuremberg

La Chronique propose une histoire du monde divisée en huit âges s’inspirant de la périodisation de Saint Augustin (354-430 ap. J.-C.) :

  • Premier âge : de la Création au Déluge
  • Deuxième âge : jusqu’à la naissance d’Abraham
  • Troisième âge : jusqu’à l’avènement du roi David
  • Quatrième âge : jusqu’à l’exil à Babylone
  • Cinquième âge : jusqu’à la naissance de Jésus-Christ
  • Sixième âge : jusqu’à l’époque contemporaine de l’auteur
  • Septième âge : anticipation de la fin du monde et avènement de l’Antéchrist
  • Dernier âge : parousie et Jugement dernier.

En hommage à cette œuvre, nous structurerons notre modeste récit en âges.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *