banderole_blog_cse

A l’est, que du nouveau – Tome 3

Du 6 au 13 avril, M. Maltèse et Mme Schlachter ont le plaisir d’accompagner 19 jeunes volontaires de la troisième à la terminale à Saint Pétersbourg.

Au programme culture, shopping, rire et échange.

Encore une matinée studieuse pour nos jeunes qui cette fois ont écouté et corrigé des exposés sur les pays francophones avant d’échanger sur la nourriture française et russe.

En milieu de matinée, nous nous sommes rendus au Palais d’été de Catherine II aussi appelé Palais Pouchkine car le poète y étudia et y vécut avec sa femme. 

Pierre le Grand distribue les terres avoisinant Saint Petersbourg pour étendre sa ville. Les gens aisés construisent leurs palais d’été dans les campagnes autour desquelles se développaient les villages. Une de ces terres est cédée à son épouse Catherine I. Situé sur des hauteurs, encerclé de forêt, le palais est un lieu de calme, de retrait construit dans le style baroque de Rastrelli (rococo chez nous). Leur fille, Elisabeth, y vivra recluse durant son enfance. Lorsque Catherine II, arrive au pouvoir et dans le palais, elle n’aime pas du tout le style et décide de mener dès rénovations dans le style classique, sans dorures et aux couleurs pâles sous la direction de Charles Cameron. Seules les salles d’apparat conserve le style précédent. 

Il faut prendre conscience que les nazis ont tout volé et tout détruit. La reconstruction à l’identique commence en 1954. 

Le palais s’étire sur 300m de long et nécessite des chaussons de protection afin de ne pas abimer le sol en marbre. Nos élèves ont été impressionnés par la salle de bal, car elle fait 846m2 augmentée par les miroirs de tous côtés, ainsi que le salon d’Ambre dont 6 tonnes de pierre ont été nécessaire pour sa décoration. La salle des tableaux ne manque pas de surprise non plus. 130 tableaux recouvrent les murs sans aucun espace entre eux s’emboitant comme un puzzle parfaitement symétrique. 

A l’extérieur 300 ha de jardin partagé entre un style français et anglais nous ont permis de promener notre appétit, comme on le dit ici. 

Après le déjeuner nous avons donné un temps libre aux jeunes dans une boutique et un marché. 

Puis direction le lycée Pouchkine construit pour les petits-enfants de Catherine II. Alexandre Pouchkine étudiait ici et a commencé à composer des vers en français. Le français est alors enseigné 8h par semaine contre 3h pour le russe. Les élèves ont découvert les anciennes salles de classe ainsi que les dortoirs et se sont rendus compte de l’évolution de l’école. Certains ont eu envie de découvrir davantage ce grand auteur russe, se promettant de se procurer ses ouvrages. Une affaire à suivre…

 

– BRÈVES DE RUSSIE –

– Saint Pétersbourg est une ville amoureuse du français qui possède son Institut de français organisant tous les ans le festival de la francophonie.

– Saint Pétersbourg est une ville de musiciens. On dit qu’il y a 5 groupes de musique par habitant.

– En Russie, on ne chante pas comme une casserole, on a un ours qui tape sur notre oreille.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *